Fourniture de masques :

Début août la Direction Générale de la santé (DGS) a santé a annoncé la fin des dotations de masques pour les professionnels de santé, les ostéopathes bien que non reconnus comme professionnels de santé ont été intégrés in extrémis à ces dotations au sortir du confinement. A partir de début octobre il appartiendra à chaque ostéopathe de se constituer son propre stock pour s’assurer une autonomie de 3 semaines.

Courriel de la DGS :

Mesdames, Messieurs,

Depuis le début de l’épidémie de Covid19, l’Etat a organisé la distribution de masques et de certains équipements de protection individuelle (EPI) aux acteurs des secteurs sanitaire et médico-social.

Pour approvisionner les établissements et services en masques et équipements de protection individuelle lors de la crise, les autorités ont mis en œuvre une chaîne logistique exceptionnelle.

 

La fin du dispositif de distribution de ces équipements par Santé publique France est programmée en semaine 40 (du 28 septembre au 4 octobre).


Tous les professionnels de santé du secteur ambulatoire doivent donc s’organiser pour être en capacité de s’approvisionner de manière autonome à partir du 5 octobre. Dès aujourd’hui, il est donc fortement conseillé d’anticiper en commençant à passer des commandes auprès de vos fournisseurs habituels.

Par ailleurs, chaque professionnel de santé est invité à constituer un stock de sécurité de masques chirurgicaux et FFP2 et autres EPI nécessaires à la prise en charge de patients Covid (gants, blouses, charlottes, tabliers, lunettes) correspondant à 3 semaines de consommation en temps de crise épidémique.

Nous vous informons qu’un stock stratégique national de masques chirurgicaux et FFP2 de 10 semaines de consommation de crise est en cours de constitution, couvrant le délai d’approvisionnement à l’international avec une marge de sécurité. Concernant les EPI hors masques, un stock mensuel national a été constitué pour effectuer les prélèvements et tests biologiques spécifiques Covid et pour la prise en charge des patients Covid en ville.

Nous vous remercions de votre attention.

Katia Julienne, Directrice générale de l’offre de soins
Pr. Jérôme Salomon, Directeur général de la santé

Virginie Lasserre, Directrice générale de la cohésion sociale »

 

Utilisation des masques

A ce jour, le port des masques de protection ; masques chirurgicaux et masques grand public sont indispensables pour assurer la protection croisée entre l’ostéopathe et son patient, il est obligatoire dès l’entrée dans le cabinet.

Nous recommandons le port d’un masque chirurgical par le praticien plutôt qu’un masque grand public, la durée de vie d’un masque chirurgical est de 3 à 4 heures et il doit être changé au-delà.

Si la protection des patients est une préoccupation constante des ostéopathes, la question de leur propre protection se pose également.

A ce jour les pharmaciens n’ont pas le droit de vendre à des ostéopathes des masques FFP2, masque qui assure à la fois la protection de l’autre et celle de celui qui le porte.

Extrait : «  FICHE PROFESSIONNELS DE VILLE DISTRIBUTIONS DE MASQUES SANITAIRES PAR L’ETAT EN SORTIE DE CONFINEMENT du ministère des solidarités et de la santé

« Pour ce qui concerne plus spécifiquement les masques FFP2, ils sont réservés par priorité à la protection des professionnels de santé soumis à un fort risque d’aérosolisation à l’occasion de gestes invasifs et de manœuvres sur les voies respiratoires. »

 

Le dépistage

En cas de signe de la maladie, le patient doit être dirigé vers son médecin traitant qui doit être informé par téléphone et dirigera son patient vers un centre de dépistage.

Le signe principal de la maladie est une fièvre supérieure à 38°, la prise de température avant la consultation est déterminante.

Source https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/tests-et-depistage

  1. Les tests virologiques (RT-PCR) permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test grâce à un prélèvement par voie nasale ou salivaire. Le résultat est en général disponible dans les 24 heures qui suivent. Grâce à une augmentation importante des capacités de tests, il est actuellement possible de réaliser jusqu’à 700 000 tests chaque semaine sur l’ensemble du territoire.
  2. Les tests sérologiques permettent de rechercher si une personne a développé une réaction immunitaire après avoir été en contact avec le virus. Ces tests détectent la présence d’anticorps au moyen d’une prise de sang. Les tests sérologiques fiables figurent sur une liste en ligne sur le site du ministère des solidarités et de la santé et ils sont remboursés par la sécurité sociale lorsqu’ils entrent dans le cadre des indications définies par la Haute Autorité de Santé.

 

Afin de faciliter le dépistage de la Covid-19, les tests PCR sont totalement pris en charge par l’assurance maladie et ne nécessitent pas de prescription d’un médecin. Un arrêté publié le 24 juillet 2020 au Journal officiel prévoit également que les prélèvements puissent être pratiqués sous certaines conditions par un infirmier diplômé d’État, un aide-soignant, un étudiant en médecine, un sapeur-pompier ou encore un secouriste

Les tests virologiques (RT-PCR) sont effectués dans des centres de dépistage dont la liste est disponible sur le site Internet sante.fr ou sur le site Internet de votre Agence régionale de santé.

  • Vous pouvez bénéficier d’un test de dépistage, à votre demande et sans prescription médicale, sans même présenter de symptômes. Il est intégralement pris en charge par l’assurance maladie. Ces dispositions sont également applicables aux personnes qui ne sont pas assurés sociaux.
  • Si vous avez été identifiés comme cas contact, vous serez contacté par les services de l’Assurance Maladie qui vous demanderont de rester en « quatorzaine préventive » et vous indiqueront quand réaliser votre test (immédiatement si vous vivez dans le même foyer que la personne contaminée, ou en observant un délai de 7 jours après votre dernier contact avec cette personne, si vous ne vivez pas avec elle). Vous devrez alors prendre rendez-vous dans un lieu d’examen médical. Aucune prescription médicale ne vous sera demandée.
  • Certains publics peuvent également être ciblés dans le cadre de campagnes spécifiques de dépistage : personnes fragiles, résidents de structures d’hébergement collectif et personnels exerçant dans ces structures en cas de premier cas confirmé au sein de la structure, territoires identifiés comme vulnérables en raison de leur densité ou de l’éloignement de l’accès aux soins.

 

Marche à suivre pour se faire dépister

 

  1. Je ne présente pas de symptômes et je souhaite me faire dépister :
  • je peux bénéficier d’un dépistage sans prescription médicale, sans même présenter de symptômes. Il est intégralement pris en charge par l’assurance maladie. 
  • j’identifie le centre de dépistage le plus proche de chez moi sur le site sante.fr ou sur le site Internet de mon Agence régionale de santé, et je le contacte pour prendre rendez-vous ;
  • je suis en général informé des résultats 24 heures plus tard ;
  • je respecte strictement les gestes barrières et porte un masque quand la distance d’un mètre ne peut pas être respectée et dans tous les lieux où cela est obligatoire.

 

  1. Je présente des symptômes comme des difficultés respiratoires, de la toux, de la fièvre, des courbatures, de la fatigue inhabituelle, une perte de goût ou d’odorat, des maux de gorge ou de tête :
  • je porte systématiquement un masque grand public en contact avec d’autres personnes à l’extérieur ;
  • je contacte au plus vite un médecin, afin d’organiser une téléconsultation ou une visite à domicile si possible, ou une consultation en cabinet sur plage aménagée.En cas de difficulté à entrer en contact avec un médecin, je peux contacter des médecins de garde. Pour cela, je peux composer le 0 800 130 000, me renseigner sur Internet, ou m’adresser à ma pharmacie ou mon laboratoire d’analyses médicales pour connaître la liste des médecins de garde. En cas d’urgence ou de signes de gravité (difficultés respiratoires, essoufflements, malaises, etc.), je peux composer le numéro 15 ;
  • j’identifie le centre de dépistage le plus proche de chez moi sur le site sante.fr ou sur le site Internet de mon Agence régionale de santé, et je le contacte pour prendre rendez-vous ;
  • je me rends au centre de dépistage avec ma carte d’identité, ma Carte Vitale (et mon ordonnance, le cas échéant) pour faire le prélèvement ;
  • je rentre chez moi et je reste confiné en attendant les résultats du test ;
  • je suis en général informé des résultats 24 heures plus tard.

 

  1. J’ai été identifié comme « personne contact » par un médecin généraliste ou par l’assurance maladie :
  • je porte systématiquement un masque grand public en contact avec d’autres personnes à l’extérieur ;
  • je contacte un centre de dépistage(liste disponible sur le site sante.fr) pour prendre rendez-vous. Le test doit avoir lieu immédiatement si vous vivez dans le même foyer que la personne contaminée ou en observant un délai de 7 jours après votre dernier contact avec cette personne, si vous ne vivez pas avec elle ;
  • je me rends au centre de dépistage avec ma carte d’identité et ma Carte Vitale pour faire le prélèvement ;
  • je rentre chez moi et je reste confiné en attendant les résultats du test ;
  • je suis en général informé des résultats 24 heures plus tard.

 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/fiche_personne_contact.pdf

 

Résultats du test

Les résultats de votre test de dépistage sont normalement disponibles au plus tard 24 heures après la réalisation du test. Ils vous seront transmis :
par le laboratoire (par téléphone, ou sur internet) ;
et/ou par SI-DEP (un système d’information national de suivi du dépistage Covid-19 mis en place à partir de mai 2020).
En attendant les résultats du test, le patient suspecté d’être infecté doit rester confiné à son domicile et respecter rigoureusement l’ensemble des mesures barrières.

Les données collectées dans le cadre des examens de biologie Covid-19 pourront être réutilisées dans le cadre d’enquêtes sanitaires (suivi des patients diagnostiqués positifs au Covid-19 et/ou recherche des « cas contact »), de surveillance épidémiologique et de recherches via la plateforme des données de santé. Elles seront conservées pour une durée maximale d’un an.

Le patient qui effectue un test Covid-19 ne peut pas s’opposer au traitement de ses données dans

l’outil SI-DEP, du fait de l’intérêt public que ce suivi représente.

En revanche il peut :

  • exercer son droit d’accès aux données le concernant ;
  • exercer son droit de rectification des données le concernant ;
  • s’opposer à ce que ses données soient réutilisées pour la recherche.

 

L’hygiène des mains

 

Encore et toujours le lavage des mains est fondamental, avec de l’eau et du savon ou une solution hydro alcoolique.

 

L’information

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Le site du gouvernement est régulièrement mis à jour, avec un point de la situation par département, le lien vers les préfectures pour s’informer des mesures particulières, un accès rapide vers les différentes thématiques, des affiches à télécharger et un bouton pour activer les notifications et être directement informé.

Le bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*