L’Ostéopathie

Quelques mots sur l'Ostéopathie

L’ostéopathie est née aux Etats Unis en 1874.

Elle a été officiellement reconnue en France en 2002.
L’Ostéopathie est une médecine manuelle assurant la santé, la prévention, le diagnostic et le traitement des troubles fonctionnels du corps.
Cette discipline thérapeutique pratique et manuelle vise à restaurer l’aspect fonctionnel du corps humain par des mobilisations et des manipulations sur les articulations ou les tissus. Ces actes ostéopathiques sont pratiqués dans le respect de l’intégrité physique et psychique des patients.

Crédit : https://www.azquotes.com

La profession d’ostéopathe

Informations aux patients

L’Ostéopathie a été reconnue en France par la loi du 04 mars 2002.
La profession est réglementée depuis la parution des décrets d’application en 2007. Seuls les titulaires du titre d’Ostéopathe, agréés par le ministère de la santé, sont habilités à pratiquer les actes d’ostéopathie.

Seules les Agences Régionales de Santé (ARS) sont dépositaires de la liste des praticiens Ostéopathes agréés, qui reçoivent un N° ADELI d’identification.

Attention :
Certains sites ou annuaires en ligne peuvent publier des coordonnées de personnes n’appartenant pas à cette liste, de même la mention « ostéopathie » peut être illégalement utilisée par certains thérapeutes peu scrupuleux.
En cas de doute : contactez l’ARS

Par ailleurs, les consultations d’ostéopathie sont strictement interdites de
remboursement par l’assurance maladie, ou la CMU. Accepter la Carte vitale pour un soin en ostéopathie est une escroquerie à la Sécurité Sociale pouvant entraîner jusqu’à la suspension des droits du praticien et du patient affilié.

Les OCAM Organismes Complémentaires d’Assurance Maladie, mutuelles, organismes de prévoyance ou assurances privées proposent de plus en plus souvent une prise en charge de l’Ostéopathie sur présentation du relevé d’honoraires (facture) mentionnant le N° ADELI du praticien.

En tant que souscripteur d’un contrat collectif d’entreprise ou à titre individuel, il appartient à chacun de s’informer sur les clauses de son contrat.
Cette prise en charge contractuelle n’est pas de la responsabilité de l’Ostéopathe

L’appartenance d’un praticien à un réseau de complémentaire santé ne préjuge en rien de sa compétence.

Votre Ostéopathe met son expérience au service de votre santé dans le respect des recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé.
Vous avez le libre choix de votre ostéopathe !

Textes législatifs

La formation

La pratique

Après un entretien avec son patient, l’ostéopathe réalise différents tests de mobilité sur les membres et le tronc, pour établir le schéma de fonctionnement à l’origine des douleurs. Il réalise ensuite les techniques de correction de défaut de mobilité appropriées qui ont pour effet de stimuler les différents récepteurs du corps et engendrent une augmentation ou une facilitation des amplitudes.

Pour la prise en charge des troubles fonctionnels, L’ostéopathe exerce son activité en toute indépendance et en pleine responsabilité.

Au cours de la séance, l’ostéopathe est en mesure d’expliquer ses techniques et l’intérêt de celles-ci à son patient. Comme chez les différents professionnels de santé médicaux et paramédicaux, le patient a le droit de refuser les techniques proposées à tout moment.

Suivant les règles de l’art, durant la séance, l’ostéopathe reste avec son patient comme dans toute vraie relation thérapeutique. La durée d’une séance varie en fonction de la complexité du schéma pathologique, quel qu’il soit l’ostéopathie ne se pratique pas en quelques minutes. Ainsi un ostéopathe ne propose jamais de traitement sans avoir au préalable effectuer des tests. Les techniques ne sont pas pratiquées ni de manière isolée ou singulière. L’ostéopathie n’est pas un pool de techniques, c’est une discipline spécifique.

L’ostéopathe et les professionnels de santé

Malgré le rattachement institutionnel des ostéopathes dans le champ de la santé, ils ne sont pas considérés comme des professionnels de santé au sens du code de la santé publique et sont en dehors du code de la sécurité sociale, ce qui signifie qu’aucun remboursement par l’organisme de sécurité sociale n’est toléré.
Cette situation est délicate car d’anciens professionnels de santé en reconversion et ayant obtenu l’autorisation d’exercer l’ostéopathie continuent de pratiquer leur premier métier, ce qui engendre l’incompréhension de nombreux patients voire des dérives frauduleuses.

Quoi qu’il en soit, les ostéopathes sont une profession oeuvrant dans le champ de la santé en complémentarité des médecins, des auxiliaires médicaux et autres professions de soins (psychologues).
Pour preuve, les ostéopathes sont habilités à partager des données de santé nécessaires à la prise en charge d’une personne avec les professionnels de santé en vertu du décret n° 2016-994 du 20 juillet 2016 relatif aux conditions d’échange et de partage d’informations entre professionnels de santé et autres professionnels des champs sociaux et médico-social et à l’accès aux informations de santé à caractère personnel.

La pratique professionnelle est encore en pleine construction et le syndicat Médecine Ostéopathie amène son expérience et son expertise dans tous les débats.