Masques contre représentants, Victoire des masques par KO !

Livraison en cours d’acheminement

Merci ! Merci au gouvernement de doter (in extremis) de 12 masques par semaine les ostéopathes. 

De là à en déduire une reconnaissance du ministère des ostéopathes comme professionnels de santé …Il y a une phénoménale distanciation …

Nos mairies, nos régions, nos départements distribuent des masques depuis qu’ils ont été livrés….Les supermarchés les proposent à prix coutant.

Il ne faut pas confondre reconnaissance professionnelle et délai de livraison !

Les combats furent acérés pour arriver à la loi de 2002, réintégrer l’enseignement du crânien et du viscéral en 2007, construire le référentiel de formation en 2014.

Une dotation de 12 masques est une mesure utile dans ce contexte si particulier de pandémie, ce n’est pas un graal pour les ostéopathes qui vont devoir  se battre dès maintenant pour le maintien de la qualité de l’enseignement de l’Ostéopathie à temps plein comme en formation continue.

 

Coupe franche

dans la commission d’agrément

des établissements de formation

La commission consultative nationale d’agrément  (CCNA) des établissements de formation en ostéopathie a été modifiée par décret le 6 mai dernier.

Depuis 2014 siégeaient  quatre représentants des exclusifs, deux des kinésithérapeutes et deux des médecins.

Sans aucune concertation, en  n’attribuant plus que trois sièges aux ostéopathes exclusifs, le gouvernement rend minoritaire leur représentation alors que démographiquement  ils sont largement majoritaires.

Il est vrai que réputés consultatifs, les avis de la commission n’ont pas toujours été suivis…Il n’y a qu’un pas pour penser que le ministère juge inutile de consulter les deux tiers des professionnels…

Le titre d’ostéopathe est octroyé par les Agences Régionales de Santé sur présentation du diplôme décerné par un établissement de formation agrée par le ministère de la santé.

La légitimité du droit d’exercer l’ostéopathie dépend indirectement de l’agrément de l’établissement de formation.

Les études d’ostéopathie demandent cinq années à temps plein et un investissement financier.

La qualité de l’enseignement garantie  la valeur du diplôme, le diplôme avec son inscription en ARS est donc l’unique rempart pour protéger la pratique professionnelle de l’Ostéopathie à ce jour.

Auprès des patients la valeur de l’ostéopathie n’est plus à démontrer. En revanche, la connaissance approfondie et scientifique des modalités d’action de l’ostéopathie est encore à développer.

Cinq années d’études ne sont pas un « master » au sens universitaire du terme, et ceci  bloque tout le processus de recherche en ostéopathie souhaité par les enseignants, les professionnels, les étudiants et les patients. Cette situation est en droit d’évoluer.

C’est pourquoi, la construction de l’avenir de la profession commence dès la représentation des ostéopathes exerçant uniquement l’Ostéopathie dans les commissions d’agréments des écoles. 

Ce décret du 6 mai crée une injustice flagrante, elle met en place pour les cinq ans à venir un déséquilibre en faveur d’une pratique en alternance de l’ostéopathie dans les commissions.

Non seulement  les enjeux ne sont pas les mêmes entre les professionnels en exercice exclusif et ceux en alternance mais surtout les plus nombreux sont les moins bien représentés !

La spécificité de l’acte ostéopathique

Le 23 octobre 2016, le conseil d’état invalidait la requête des syndicats de kinésithérapie qui souhaitaient voir diminuer le nombre d’heures de formation pratique en ostéopathie.

Il ressort de l’analyse de cette décision un élément majeur précisé par le Conseil d’Etat : la spécificité de l’acte ostéopathique en réponse au concept ostéopathique. Ce dernier ne saurait être acquis ailleurs que dans un établissement de formation en ostéopathie respectueux de la formation pratique des étudiants.

La décision du Conseil d’Etat de rejeter la requête des Masseurs Kinésithérapeutes démontre bien que l’ostéopathie n’est pas une activité annexe ou annexée à une autre profession.

Par respect de la qualité de la « main » de l’ostéopathe le conseil d’état a reconnu que cet apprentissage nécessitait une longue pratique spécifique.  

Nous devons nous appuyer sur cette reconnaissante de l’enseignement pratique de cette spécificité  de l’acte d’ostéopathique intimement lié au diagnostic de la lésion ostéopathique et donc au concept de l’Ostéopathie pour affirmer notre profession comme profession de première intention une et indivisible.

En conclusion

Une dotation de 12 masques par semaine pour favoriser la réouverture des cabinets d’Ostéopathie, est une mesure d’aide dans un cadre inédit d’un gouvernement en charge de la prévention de la contagion du virus comme le sont les mesures d’aides économiques. . Prenons-là comme telle et apprécions que les ostéopathes ne soient  pas oubliés.

 Pour la reconnaissance de la profession le chemin est encore long.

La restriction de la représentation des ostéopathes exclusifs dans les commissions d’agrément des écoles est une attaque contre la pratique exclusive de l’Ostéopathie à travers l’enseignement à temps plein des étudiants sans pré requis de diplômes de non professionnels de santé.

 Il faut en mesurer l’importance.

Le bureau

3 Commentaires pour “Masques contre représentants, Victoire des masques par KO !”

  1. une telle décision mérite d’avoir à fournir sa source et sa motivation : à qui profite le crime ?
    On retrouve l’arbitraire du décret de Mr Bertrand , passant d’une loi créant la profession à un décret donnant un titre

  2. Merci pour votre engagement et votre travail, toutefois, il serait opportun de revoir la couleur des caractères de vos publications, car vraiment, gris clair sur fond blanc, c’est une épreuve que de vous lire…
    Quel que soit l’intérêt porté au contenu.
    Noir, tout simplement, serait très bien…

    Par ailleurs, il est patent, et les faits le démontrent, que les exclusifs n’ont rien à attendre des médecins ni des kinés. Ne soyons pas naïfs, nous ne nous situons pas du même côté. Eux côté manche, nous côté cognée.
    Ce projet d’Ordre, pour lequel je serais totalement favorable s’il était strictement ( je devrais écrire « exclusivement ») le nôtre, me place en total désaccord avec les projets de notre syndicat MO, du ROF, et de l’AFO, de créer un Ordre des Ostéopathes avec les médecins et les kinés.
    Leurs dirigeants seraient bien inspirés de revoir leur stratégie, ne serait-ce qu’à l’aune de ce qui vient de se passer, et qui est décrit ci dessus.
    Dont acte. Dans un tel attelage nous serons toujours les dindons de la farce!

    Philippe Séréni

    1. Merci pour votre commentaire, nous allons revoir la couleur de notre police.
      En ce qui concerne la création d’un Ordre des Ostéopathes, nos travaux nous ont conduits à une plus ample compréhension du rôle d’une structure ordinale.
      Comme vous le savez la législation est complexe et demande de longs approfondissements, que nous continuons d’explorer.
      Très brièvement cependant, un ordre protège une profession qui entretien avec ses usagers, ses patients, un fort rapport de confiance. Un ordre ne protège pas le professionnel (rôle des syndicats) mais la profession.
      Les professionnels non inscrits à l’ordre des ostéopathes ne pourront pas en porter le titre ni exercer l’ostéopathie.
      Bien confraternellement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*