Match Retour : Un quatrième siège pour les ostéopathes exclusifs à la Commission Consultative Nationale d’Agrément

Un quatrième siège pour les ostéopathes exclusifs

à la CCNA

 

En mai 2020 nous avions dénoncé dans l’article  « Masques contre représentants, Victoire des masques par KO ! » la suppression d’un quatrième siège dans les CCNA, commission chargée de donner un avis sur les agréments des établissements de formation.

Comme la majorité des associations socio professionnelles nous avons crains un déséquilibre en faveur des établissements de formation pour  professionnels de santé représentés par 4 sièges.

 

Selon un courriel de la DGOS, l’équilibre devrait être rétablit par décret dans un futur proche. Décret qui prolonge les agréments déjà donnés aux établissements d’une année.

 

 

Pourquoi  cette décision est-elle importante

pour l’Ostéopathie ?

 

La formation des futurs ostéopathes est l’avenir de l’Ostéopathie.

L’ostéopathie (également dénommée médecine ostéopathique)  sic l’OMS, est fondée sur le concept de globalité du corps humain, des relations entre la structure et la fonction, de l’équilibre entre ses systèmes.

L’ostéopathie ne doit pas être réduite à une pratique de techniques extirpées hors du concept ostéopathique

 

La tentation, pour les établissements de formation  des auxiliaires médicaux, est d’inscrire principalement  l’ostéopathie ostéo articulaire dans leur cursus, et un enseignement réduit de l’ostéopathie crânienne et viscérale, avec pour résultat un diplôme sanctionnant une formation tronquée en ostéopathie.

 

Il faut rappeler que les ostéopathes ne sont pas professionnels de la santé au sens du Code de la Santé Publique, et ne sont pas organisés en ordre professionnel.

Seul notre titre d’Ostéopathe enregistré en ARS sur présentation d’un diplôme d’école revêt une reconnaissance officielle.

Puisque nous partageons ce titre avec cinq professions de santé, il faut défendre l’intégralité de la formation en ostéopathie dans tous les cursus.

 

A « 4 contre 3 » le match était perdu

A « 4 partout » la discussion est ouverte….

 

 

Et la représentativité dans tout cela ?

 

Parallèlement  au décret sur la composition de la CCNA, un autre décret désignant les organisations représentatives de la profession excluait  le syndicat MO, et les associations l’AFO et la CNO.

 

MO et l’AFO ont déposé conjointement un recours en annulation de cette décision au tribunal administratif qui nous l’apprenons a été transféré au Conseil d’Etat.

 

En effet les critères retenus par le ministère comme représentatif n’étaient pas explicites donnant une importance exagérée et contestable au nombre d’adhérents.

Exagérée car ce critère éliminatoire a été annoncé à postériori, et il est surtout soumis à caution car le nombre est attesté « sur l’honneur » par le déclarant sans aucune autre forme de contrôle !

 

L’avis précisait que le classement parmi les organisations nationales les plus représentatives de la profession serait effectué « en fonction des critères cumulatifs énumérés ci-après : les effectifs d’adhérents à jour de leur cotisation, une ancienneté minimale de deux ans dans le champ de la profession à compter de la date de dépôt légal des statuts, l’activité et l’expérience ».

 

La DGOS a mis en place un  seuil minimum de 5% d’adhérents par rapport au nombre total de praticiens inscrit sur le répertoire ADELI, cependant le nombre d’inscrit sur ce répertoire diverge considérablement d’autres sources comme le nombre d’inscrits en tant qu’ostéopathes à la CIPAV y compris ceux pratiquant sous le statut d’auto entrepreneurs.

 

Ainsi,  sur un critère éliminatoire contestable, des associations historiques de la profession ont été jugées non représentatives sans examen des autres critères de représentativité.

 

Il faut garder en mémoire, que l’interdiction d’enseigner le crânien et le viscéral initialement prévu par les décrets, a été levé grâce à ses mêmes associations* : MO anciennement SNOF et l’AFO,  organisations aujourd’hui bannies de la représentativité de la profession !

 

*  Le ROF (qui pour d’autres raison n’a pas déposé de dossier de représentativité) participait aussi à cette action.

 

Si les étudiants sont des professionnels en devenir.

Si associations professionnelles ont le devoir de défendre la qualité de la formation en Ostéopathie.

 

Le fil doit continuer d’être déroulé d’une génération

d’ostéopathes à l’autre

pour défendre la profession et l’Ostéopathie.

Le bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*