L’allongement de la période de confinement est largement prévisible et il n’est pas sérieux de promettre les grands soirs, en ces temps de pandémie….L’arrêt forcé de notre activité va entrainer des grandes difficultés économiques pour un bon nombre d’ostéopathes.

En temps normal, combien d’entre nous sont en mesure de prendre plus de 2 semaines de congés consécutives ? Et combien d’entre nous ont pris 1 mois entier de vacances ces dernières années ?

« Manque à gagner » est le terme qui revient régulièrement dans la décision de prendre 1, 2, 3 semaines de vacances… Aujourd’hui c’est une pandémie qui nous met à l’arrêt, et nous ignorons pour combien de temps encore, au regard des risques encourus à recevoir des patients avec des mesures de protections aléatoires.

En tant que professionnel libéral, il faut nous attendre à prendre nos problèmes de trésorerie à bras le corps et ne pas trop écouter le chant des sirènes sur le versement d’indemnisations !

Du coté des assurances :

La Fédération Française de l’Assurance annonce le versement de 200 millions au fond de solidarité crée par  l’état pour toutes les petites entreprises, les artisans, les commerçants, les libéraux dont les ostéopathes. Pragmatisme oblige, c’est donc le gouvernement qui se chargera de la redistribution. 

« Les membres de la FFA s’engagent à contribuer à hauteur de 200 millions d’euros au Fonds de solidarité mis en place par les pouvoirs publics en faveur des TPE et des indépendants, des secteurs particulièrement touchés par les conséquences économiques, financières et sociales du virus covid-19. Cette mesure de soutien aux TPE et indépendants vient s’ajouter à l’engagement pris le 19 mars de conserver en garantie les contrats des entreprises en difficulté en cas de retard de paiement suite à la pandémie, et ce pour toute la durée de la période de confinement. »

La prime de 1500€

pour les très petites entreprises en difficulté fait partie de ce fond de solidarité :

« Toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019 bénéficieront d’une aide rapide et automatique de 1 500 euros sur simple déclaration. 

Pour les situations les plus difficiles, un soutien complémentaire pourra être octroyé pour éviter la faillite au cas par cas. L’instruction des dossiers associera les services des Régions et de l’Etat au niveau régional »

Comment bénéficier de cette aide de 1 500 euros ? 

Vous pourrez bénéficier de cette aide, à certaines conditions, à partir du 31 mars en faisant une simple déclaration sur le site de la DGFiP. »

https://www.impots.gouv.fr/portail/coronavirus-covid-19-le-point-sur-la-situation

Et si vous êtes auto entrepreneur : 

https://www.portail-autoentrepreneur.fr/actualites/coronavirus-ae

A noter :

  • Les mesures d’aides à la garde d’enfant à la maison, ne concernent que les professions prioritaires.
  • La prise en charge d’indemnités journalières se fait « comme d’habitude » par les compagnies d’assurance en cas d’arrêt de travail maladie, c’est-à-dire pour le montant et avec le délai de carence prévus sur les contrats.

Les aides financières exceptionnelles :

  • URSSAF (ex RSI) :

Il s’agit d’une enveloppe au budget limité comme il est indiqué sur le site de l’URSSAF :

https://www.urssaf.fr/portail/home/actualites/toute-lactualite-independant/epidemie-de-coronavirus–mise-en.html

  • Le fond d’action social :

Formulaire à demander auprès de l’URSSAF de sa région

Du côté des banques :

« Le gouvernement met en œuvre un dispositif exceptionnel de garantie permettant de soutenir le financement bancaire des entreprises, à hauteur de 300 milliards d’euros. 

Ce dispositif a pour objectif de faciliter l’octroi par les banques de prêts de trésorerie aux entreprises de toutes tailles. 

Ces financements leur permettront de disposer de la trésorerie nécessaire pour poursuivre leur activité et préserver l’emploi. 

Il pourra couvrir tous les nouveaux prêts de trésorerie accordés à partir du 16 mars et jusqu’au 31 décembre 2020. Ces prêts ne pourront pas faire l’objet d’autre garantie ou sûreté »

En clair, les ostéopathes peuvent solliciter leur banque pour obtenir :

  • Un report des échéances de prêts professionnels de 6 mois
  • Une autorisation de découvert
  • Un prêt sans garanties

A noter : Certaines banques ont reporté automatiquement le prélèvement des mensualités d’emprunt professionnel de 6 mois, le montant des intérêts sur ces 6 mois seront prélevés dans 6 mois sur la première mensualité de reprise. Si vous ne souhaitez pas reporter vos mensualités il faut alors le signifier par écrit. 

En conclusion, aujourd’hui c’est bien la compréhension de notre statut de professionnel libéral avec la  responsabilité de la gestion économique de notre activité, qui peut nous aider.

« Trésorerie » de ce mot inconnu au dictionnaire de l’ostéopathie, dépendent nos revenus des prochains mois, chaque cabinet d’ostéopathie est un cas particulier. La bonne solution pour l’un d’entre nous ne sera pas forcément la bonne pour les autres !

Il ne faut pas hésiter à interroger, son expert comptable et son banquier.

7 Commentaires pour “Ostéopathes : Comment vivre sans revenu ?”

  1. Un tout grand merci pour votre accompagnement.!

  2. Merci, couper les robinets de dépenses est la première urgence mais il y a des frais qui ne peuvent pas être stoppés ou baissés comme les assurances, le télésecrétariat, le téléphone ou EDF.
    Je suis un peu déçu que les assureurs IJ ne puissent nous prendre en charge qu’en maladie alors qu’ils risquent de toucher des subventions !! Rvg

  3. Félicitations au bureau de M.O. pour le soin apporté à la divulgation régulière et attentive des informations, en cette période si particulière; ces informations , issues de sources différentes, ne sont pas toujours cohérentes mais là , le bureau n’y est pour rien…
    Merci , quoi qu’il en soit, pour le travail effectué et que je salue.

  4. A propos de la prime exceptionnelle des fameux 1500 euros , il est bien à craindre que la fermeture de nos cabinets n’ayant pas fait l’objet d’une réelle et explicite  » fermeture administrative » de la part des autorités concernées mais bien plutôt du civisme et du sens des responsabilités des professionnels que nous sommes , nous soyons de facto exclus du dispositif prévu ….. Cela reste à préciser , mais le flou et l’absence de clarté du gouvernement risque fort malheureusement de se retourner contre nous .. En espérant me tromper , bien confraternellement à tous , Christophe Briquet .

  5. Chers amis , je reviens vers vous et constate qu’un nombre très limité d’entre nous sera en mesure de toucher la prime de 1500 euros ; je m’explique : primo , nous n’avons pas fait l’objet d’une fermeture administrative , reste donc la baisse de C.A. sur Mars 2020/2019 de 70% au moins …. Nous avons tous exercés jusqu’au 13 , ou 14 , parfois même jusqu’au 16 mars , soit quasiment la moitié du mois de mars . Conclusion : nous avons tous ou presque probablement dépassé les 30% de C.A. , c’est bien évidemment mon cas et sans doute le votre …. Merci , Mr Bruno Lemaire et consorts , Les Ostéopathes sauront s’en souvenir ….Bien amicalement et confraternellement . C. B.

    1. Bonjour,

      En effet avec une baisse de 70% du chiffre d’affaire, peu d’entre nous sont concernés par cette aide, c’est pourquoi avec les professions libérales affiliées à la CIPAV nous avons effectué une démarche auprés du ministère des finances « lettre ouverte des affiliés de la CIPAV » sur le site au 27 mars.

      Bien confraternellement

      1. Je viens de voir que « Bercy » avait corrigé sa copie et ramené à 50% la baisse de C.A. autorisant l’octroi de la prime des 1500 euros …Dont acte et merci à tous pour leur mobilisation …Manifestement , le bon sens et la pugnacité portent parfois leurs fruits … Merci encore à M.O. et bon courage à tous …
        Confraternellement , ChristopheB.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*