Le député du Vaucluse Adrien Morénas, s’associe à l’AFO, Europromostéo, MO et le ROF :

Monsieur le Ministre des Solidarités et de la Santé,
Monsieur Olivier Véran,

Suite à mes nombreuses saisines depuis plus d’un mois je tiens, une nouvelle fois, à tirer la sonnette d’alarme concernant la situation des ostéopathes de France.

Ces 30 000 praticiens attendent encore et toujours des directives précises quant à l’ouverture de leur cabinet et il est impensable qu’ils puissent apprendre par courrier que votre ministère « laisse à l’appréciation des ostéopathes la possibilité de recevoir des urgences », alors qu’il n’existe pas d’urgence sanitaire dans la pratique ostéopathique et que l’application des gestes barrières dans la manipulation du patient est tout bonnement impossible. Elle est même inévitablement à risque lorsque les protections sanitaires manquent…

Concrètement, malgré mes précédentes saisines répétées :

Nous n’avons pas obtenu de document ni d’avis officiel indiquant la fermeture administrative des cabinets d’ostéopathie.

Les ostéopathes, responsables et solidaires, ont douloureusement fermé leur cabinet malgré les sollicitations importantes des patients et les difficultés financières conséquentes. Les cabinets les plus fragiles économiquement ne pourront pas survivre hélas.
Certains praticiens ostéopathes ne peuvent pas obtenir d’aides financières, comme l’annulation d’échéances des primes d’assurances, ou les indemnités journalières des assurances privées, notamment en l’absence d’une fermeture administrative officielle.

Les Agences Régionales de Santé (ARS), qui enregistrent l’inscription des ostéopathes au Registre Adeli, classent les ostéopathes parmi les professionnels de santé mais ne leur délivrent pas les autorisations afin qu’ils puissent s’équiper de masques et de tout matériel sanitaire nécessaire auprès des pharmacies, même en les payant avec leurs propres deniers. C’est un paradoxe incompréhensible.

Le Président de la République prolonge le confinement jusqu’au 11 mai mais les ostéopathes ne sont inscrits ni dans la liste des établissements pouvant rester ouverts, ni dans la liste des établissements qui doivent fermer : le flou perdure.

Monsieur le Ministre, les ostéopathes ont besoin de réponses claires et de directives officielles de votre part et de celle du Gouvernement dès que possible pour faire valoir leurs droits sociaux, fiscaux et administratifs.

Dans l’immédiat, les ostéopathes ont besoin d’un document officiel de fermeture administrative actée depuis le début du confinement.

Enfin, j’espère qu’au coeur de l’après Covid-19 votre action Monsieur le Ministre permettra de prendre les mesures nécessaires à l’endroit des ostéopathes notamment en leur attribuant un interlocuteur unique et privilégié entre vous et votre ministère, par exemple en ouvrant la voie à la création d’une structure dédiée.

Adrien Morenas, Député de Vaucluse
Catherine Le Ray, Présidente de Médecine Ostéopathique
Marie-Hélène Sala, Présidente de l’AFO Association Française d’Ostéopathie
Christophe Couturaud, Président du Registre des Ostéopathes de France (ROF)
Jean-Pierre Marguaritte, Président de EURO PROMOSTEO

Cc Gouvernement Ministère des solidarités et de la santé

 

Un commentaire à “Tribune”

  1. Il est urgent effectivement que nous sachions si oui ou non , nous pouvons réouvrir nos cabinets à la date du 11 mai 2020, et si oui , dans quelles conditions …..?
    Nos patients nous sollicitent et nous sommes douloureusement contraints de devoir leur refuser l’accès à nos cabinets ….Pour combien de temps encore ? Effectivement , le flou perdure et semble même être « orchestré » , nous abandonnent à la fois à notre sort , tout en comptant sur notre sens des responsabilités …De grâce , nous ostéopathes , méritons un discours clair et adulte ..

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">HTML</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*